L'abbaye de Cornilly

Au XIème siècle, Hervé de Donzy, (seigneur de Saint Aignan) fonde l’Abbaye de Cornilly. En 1091 le pape Urbain II reconnaît tous les droits et privilèges de Cornilly et prend l’Abbaye sous sa haute protection. Et pendant plus de 2 siècles les marécages entourant l’Abbaye sont curés, les terres assainies. Des étangs sont creusés et quantités de poissons en sont extraits. Les terres fertiles fournissent le seigle en abondance et dans les pâturages dépendant de l’abbaye, les moines élèvent d’importants troupeaux de moutons. Hélas, l’an 1357 marquera le début des malheurs de l’abbaye. En effet pendant la guerre de cent ans, le "Prince Noir" et ses pillards détruisirent Comilly. La guerre achevée, les moines construisirent un nouveau prieuré de nouveau détruit en 1562 par une troupe de fanatiques. Plus tard, les moines reviennent à Cornilly pour y édifier un nouveau prieuré plus grand, mais ce nouvel édifice ne connaîtra jamais l’activité du précédent et le prieuré est alors confié aux bons soins des religieux de Pontlevoy. Puis arriva la révolution. Dès 1789, de nombreux édifices seront déclarés biens nationaux. Ce fut le cas pour Cornilly qui sera vendu et servira de ferme jusqu’en 1960, date à laquelle l’ancien prieuré devient la résidence de campagne d’un particulier qui fort heureusement s’employa à sa restauration.

Reste les vestiges de l'ancien prieuré :
Eglise XIIème siècle (en partie détruite) : choeur à arcatures plein cintre, absidiole en cul-de-four.
Portail occidental: restes du cloître en charpente, galerie haute,
bâtiment XVIème siècle avec porte Renaissance et pilastres à chapiteaux sculptés.
Tour d'angle et ensemble des bâtiments XIIème et XVIème siècles. Etang en forme de croix ?

Propriété privée, ne se visite pas.

Actualité

Le 09/09/2012 :
Remise du prix VMF.
Voir l'article de "La Nouvelle République".